Le pissenlit, une plante aux nombreuses vertus !

Le pissenlit est très commun en France ! Il donne naissance à des fleurs jaunes facilement reconnaissables, qui viennent apporter de belles couleurs dans les prairies, aux abords des chemins ou encore dans les vignobles. Il appartient à la famille des astéracées et est relativement peu exigeant. Ses feuilles sont allongées et dentelées. En fin de vie, le pissenlit laisse des « aigrettes » blanches, très fragiles. Qui, enfant, n’a jamais fait un vœu en soufflant sur une fleur ces pistils ?

Lorsqu’il est présent dans les vignes, c’est le signe de sols riches. Mais une présence trop massive peut aussi indiquer des sols trop compactés par le passage des engins.

Son système racinaire peut être intéressant pour les vignes : les pissenlits vivaces possèdent une racine pivot verticale robuste, qui permet d’améliorer la structure des sols.

Le pissenlit est également une bonne ressources pour la biodiversité, et notamment pour les pollinisateurs. Il abrite également souvent des papillons de nuit, ou encore des coléoptères.

En Agriculture Biologique ou biodynamique, le pissenlit peut aussi être utilisé en accompagnement des traitements à base de cuivre et de soufre pour prévenir les maladies fongiques ; les fleurs, feuilles et racines sont récoltées juste après que la rosée se soit évaporée pour être transformées en purin de pissenlit. Utilisé en pulvérisation régulières, il permettrait de lutter notamment contre le mildiou, en complément des autres traitements.

En cuisine, les jeunes feuilles de pissenlit s’apprécieront en salade, avec des croûtons, des œufs, des morceaux de fromages… Une fois cuites, les feuilles peuvent remplacer les épinards ou agrémenter certaines soupes. Les boutons de fleurs peuvent remplacer des pointes d’asperges ; conservés dans du vinaigre ou du sel, ils se consomment comme des câpres. Après torréfaction, les racines de pissenlit peuvent être un bon substitut de café.

Enfin, les propriétés médicinales du pissenlit sont nombreuses : dépurative, diurtétique, laxative, revitalisante, tonique, … Mais attention à ne pas le consommer cru si vous le récoltez à proximité d’un pâturage ; la plante peut être contaminée par la douve du foie, comme le cresson.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s