Ardèche Par Nature, le bilan de l’année 2018

Alors que le millésime 2018 sera bientôt mis en bouteille, il est temps de faire le bilan de la démarche Ardèche Par Nature !

Depuis 2016, la démarche Ardèche Par Nature couvre une centaine d’hectares, sur les secteurs de Valvignères, Vogüé et Alba La Romaine. En 2017, 2 vignerons de la Vallée du Rhône , convertis en agriculture bio ont intégré la démarche. Ce sont au total 23 vignerons qui ont choisi de travailler leur vignoble de manière à préserver les sols et la biodiversité dans la vigne, mais aussi aux alentours.

2018 n’aura pas été une année facile pour ces vignerons ; avec un printemps pluvieux, la pression de maladies telles que le mildiou a été très forte. Selon les secteurs, les premières taches de maladie sont apparues début mai sur les parcelles les plus sensibles. Puis les techniciens viticoles en charge du suivi des parcelles ont observé une nette évolution à partir de début juin avec une contamination sur les grappes. Des dégâts considérables ont été observés dans les zones les plus à risque, avec jusqu’à 90% de perte de récolte sur les Merlots.

Des dérèglements physiologiques ont également été étudiés, avec des carences en fer, manganèse et potasse, qui peuvent entraîner des défauts de maturation (les baies ne grossissent plus, ce qui compromet la qualité globale de la récolte).

Sur l’année 2018, des records de sécheresse ont été enregistrés. Heureusement, les réserves en eau ont été suffisantes pour permettre une bonne maturation des raisins.

Finalement, la quantité ET la qualité sont au rendez-vous pour ce millésime 2018. Depuis les vendanges, les œnologues surveillent de près les différentes étapes de la vinification des blancs, rouges et rosés, et dégustent régulièrement les jus.

Les Sauvignons blancs présentent beaucoup de fraîcheur et de rondeur, avec des arômes d’agrumes et de buis. Les Grenaches blancs sont également très frais, mais manquent de longueur en bouche ; on retrouve tout de même les arômes de fleurs blanches, de fenouil et de nectarine blanche, typiques du cépage. Les Grenaches, Merlots et Syrah tirent leur épingle du jeu : les tanins sont ronds, ils présentent une belle matière, de la souplesse et de la sucrosité.

Outre le vignoble, la démarche Ardèche Par Nature prend aussi en compte la biodiversité présente sur les parcelles de nos vignerons. En 2018, une étude a été menée afin de recenser les différentes espèces floristiques, et faire le lien entre biodiversité et agronomie.

Sur l’ensemble du vignoble Ardèche Par Nature, 42 espèces ont été répertoriées, issues de 15 familles floristiques, avec des situations très hétérogènes ; certains vignerons pratiquent depuis plusieurs années des semis entre les rangs de vignes, et sélectionnent ainsi les espèces les plus utiles pour la vie des sols.

Ces parcelles semées montrent une diversité floristique moins importante. L’enherbement des parcelles permet de gérer la concurrence en eau ou en éléments indispensable à la bonne croissance de la vigne. Cela permet aussi d’augmenter les taux de matière organique dans les sols. Certaines espèces agissent sur la structure des sols et favorisent l’infiltration de l’eau et de l’air.

L’étude a montré la nécessité d’apporter un meilleur taux de matière organique, d’ajuster les fertilisations pour plus de précisions et pour agir au bon moment, d’adapter le travail des sols et les espècesselon les problématiques de chaque terroir, et d’intégrer des plantes avec une structure racinaire profonde.

En 2019, une formation sur les plantes bio-indicatrices sera proposée aux vignerons afin de comprendre l’intérêt de chaque espèces.

Au terme de ces 3 années de travail et d’expérimentation autour de la démarche Ardèche Par Nature, une réflexion plus globale sur le vignoble et l’environnement sera menée en 2019.

A l’horizon 2025, l’objectif de l’Union des Vignerons Ardéchois est de conduire 50% du vignoble en viticulture durable, dont 300 hectares en viticulture bio. Le cahier des charges Ardèche Par Nature prend donc désormais en compte la conversion bio, et permettra d’accompagner les vignerons vers le bio. Il intégrera également un volet « biodiversité » avec un partenariat avec des associations de protection de la faune et de la flore.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s