Jolies coccinelles !

Dans nos vignes, les coccinelles sont omniprésentes ! Ces « bêtes à bon Dieu » sont un très un bon indicateur de qualité de l’environnement. En effet, elles font partie de la famille des coléoptères, et sont très sensibles aux pesticides et autres substances chimiques. Leur présence au sein du vignoble est signe que les milieux sont relativement sains mais aussi écologiquement riches ; ces petits insectes s’attaquent à certains ravageurs tels que les pucerons ou les cochenilles. Rappelons qu’une coccinelle est capable d’ingérer jusqu’à 150 pucerons par jour ! C’est donc un auxiliaire non négligeable et un réel atout pour les vignerons travaillant en Agriculture Biologique.

Il existe de nombreuses espèces de coccinelles. Dans la vigne, on peut en distinguer 15 différentes. La couleur classique rouge de ces insectes explique l’étymologie de leur nom qui vient du latin coccinus : « écarlate ». Cette couleur leur sert de moyen naturel de défense. Le nombre et la forme des taches sur les ailes varient selon les espèces, de même que la couleur des ailes qui peuvent être oranges ou rouges.

Au Printemps, les coccinelles pondent leurs œufs, et ce n’est pas rare de trouver quelques larves de coccinelles dont les points sont déjà visibles. La durée de vie d’une coccinelle varie de moins d’un an jusqu’à 3 ans. L’hiver, les coccinelles trouvent refuge dans les feuilles mortes ou les écorces.

Larve de coccinelle

Dans les jardins, ces petites bêtes sont aussi utiles pour lutter naturellement contre les pucerons ou autres parasites ! Et il est très facile de leur préparer un abris pour qu’elles puissent y pondre leurs œufs ou passer l’hiver ! Il s’agit d’un simple nichoir-boîte perforé de trous de 10 mm et rempli d’un peu de paille sèche. Rendez-vous sur le site de la LPO Auvergne-Rhône-Alpes pour fabriquer votre hôtel à insectes !

Mais attention aux coccinelles asiatiques ! Introduites comme agents de lutte biologique parce qu’elles sont plus gourmandes que nos coccinelles autochtones, elles peuvent aussi s’attaquer à ces dernières et se nourrir des baies de raisins abîmées.

Sources :

Chambre d’Agriculture Rhône-Alpes : https://extranet-ain.chambres-agriculture.fr/fileadmin/user_upload/National/FAL_commun/publications/Auvergne-Rhone-Alpes/AB_Auxiliaires_vigne.pdf

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s